Saturday, March 14, 2009

Bande de cons

Ce qui suit sont des passages extraits d’un enregistrement fait lors d’un cours de Georges Frêche, professeur honoraire d'histoire de droit romain à l'Université Montpellier I, devant ses étudiants, en 2008. Georges Frêche est accessoirement président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, président de la communauté d'agglomération de Montpellier et conseiller municipal de Montpellier. Il fut député de l'Hérault et maire de Montpellier (1977-2004).
[...]Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.[...]

[...]Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent "il est comme nous", c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux.[...]

[...]Les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer, pourquoi voulez vous les changer ? Si vous arrivez à faire en sorte que les gens intelligents passent de 6 à 9 % voire à 11, vous ne pourrez pas aller au-delà. Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime.[...]
Vous n'aurez aucun mal à trouver, sur le Net, des documents qui démontrent le cynisme époustouflant de cet élu. Pourtant, comme tout cynique, Frêche s'appuie sur un fond de vérité et c'est bien sur cette parcelle de vérité que mon point de vue rejoint le sien : les électeurs sont cons, c'est une évidence. Ça n'est pourtant pas difficile à comprendre : s'ils n'étaient pas si cons, il n'y aurait tout simplement pas d'élus, personne ne pourrait s'arroger la moindre parcelle de pouvoir.

S'il a y certaines choses que j'ai mis du temps à comprendre dans ma vie, s'il a y encore plus de choses que je ne comprends pas et que je ne comprendrai certainement jamais, j'ai très tôt compris sur quoi reposait le fameux "suffrage" électoral. Vous comprendrez que, pas une seule fois dans ma vie, je n'ai voté, qu'il ne m'est jamais venu à l'idée de demander ma carte d'électeur. Autant me demander d'aller volontairement m'inscrire comme "con", sur la longue liste de cons et de me déplacer, ensuite, comme un con à chaque élection, pour glisser un bulletin dans une urne, certifiant par ce geste que je suis bien un con. Pour qu'enfin, un gros con cynique, tel que Frêche, puisse me cracher à la gueule en toute impunité.

Dire que Ségolène Royale, amie de Frêche, utilise pour parler des électeurs le concept d'"intelligence collective". Hahahaaaaa ! Bref, si les politiciens vous pissent à la raie du cul, c'est bien fait pour vos gueules, bande de cons, vous ne méritez pas mieux.

Labels: , , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home