Thursday, September 18, 2008

Oui, mais pas Obama

Américain et républicain vivant en Grande-Bretagne depuis trente ans, Robert McGeehan est un analyste politique respecté et engagé.
Frédéric Koller : L'Amérique est-elle prête à élire un Noir?
Robert McGeehan : Oui. Mais pas ce Noir. Obama n'a que trois ans d'expérience en tant que sénateur. S'il était Blanc, il n'aurait aucune chance. En 1996, le général Colin Powell était dans la course à la nomination pour le Parti républicain. J'aurais voté pour lui. Mais il a finalement décidé de renoncer, le jour où (Yitzhak) Rabin a été assassiné (ndlr: en 1995). Sa femme pensait que c'était simplement trop dangereux pour un Noir. Je pense qu'il aurait pu gagner. Obama est aussi en danger. Plus il se rapprochera de la présidence, plus il deviendra une cible. Le nombre de personne qui songent à le faire est minuscule, mais ils sont réels, stupides, désagréables, Blancs et ils ont des fusils. Ils sont sérieux et très dangereux.
A lire sur Le Temps

Labels: ,

4 Comments:

Blogger Le coucou said...

Bonsoir Scheiro. Je crois me souvenir que Mme Clinton a tenu des propos similaires, quant au risque d'assassinat de B. Obama. Pour le reste, l'expérience contre le sens du panache des américains, ce sera intéressant de comparer le résultat aux prévisions d'un analyste respectable, quoique républicain.

Thu Sep 18, 07:54:00 PM 2008  
Blogger Homer said...

Obama sera-t'il le martyr d'une population?

Fri Sep 19, 10:49:00 AM 2008  
Blogger Scheiro said...

Bonjour Jean-Louis. Votre mémoire est bonne. Fin Mai H. Clinton déclarait: "on se souvient tous que Bobby Kennedy a été assassiné en juin en Californie" alors que des journalistes lui demandaient pourquoi elle restait en course, sachant qu'elle était battue. Les rumeurs d'assassinats existent depuis de début de la campagne.
Une bonne partie des démocrates font le parallèle entre Kennedy et Obama. "La candidature de Bobby Kennedy était unique en soi, car il inspirait différentes couches de la population - les pauvres, les minorités, la classe moyenne et les jeunes. Chacun pouvait voir en cette candidature l'espoir d'un monde meilleur. Un monde de compassion, de tolérance, de justice, et d'inclusion. La croisade se termina malheureusement par son assassinat dans les cuisines d'un hôtel de Los Angeles, le 6 juin 1968. Mais le rêve et les idéaux qui l'inspiraient demeurent toujours pertinents pour plusieurs composantes de la population américaine. Il y a de plus en plus d'Américains pour qui le sénateur Obama rappelle cette croisade d'espoir." [John Parisella]

Fri Sep 19, 06:16:00 PM 2008  
Blogger Scheiro said...

Les religions chrétienne et musulmane ainsi que la démocratie, politique inspirée par la Chrétienté, ont besoin de martyrs pour fonctionner, Homer. Et quand il n'y en a pas suffisamment... on en fabrique ;-)

Fri Sep 19, 06:17:00 PM 2008  

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home