Sunday, February 24, 2008

Tripalium

Dans 2 jours, cela fera 2 mois que la majorité de mes blogs et mes trois sites sont passés au pilon. Je me suis donc retrouvé avec un peu plus de temps libre, puisque je n'avais plus à rédiger de billets ni à répondre aux commentaires. Un surplus de temps pour me consacrer à d'autres activités - la lecture en particulier -, c'est ce dont j'avais le plus besoin.

Mais, ce n'était pas la première fois que j'écrasais des blogs : en 2006, j'en avais déjà pulvérisé deux qui m'avaient accompagnés pendant mes études et sur lesquels mes camarades, avec qui j'avais partagé pendant 5 ans les bancs de la fac, avaient abondamment commenté. Je me souviens de leur concert de protestations lorsque, un beau matin, ils ont constaté que mes blogs s'étaient subitement volatilisés.

Aussi, sachant cela, je présente mes excuses à tout ceux qui, il y a 2 mois, ont eu la surprise de voir que, non seulement mes billets avaient sauté, mais que leurs commentaires étaient aussi partis en fumée. Je ne perds pas de vue que les blogs sont en grande partie co-construits, et que les contributions des lecteurs sont très importantes quant au développement de ce type de médias. Mais, si je n'avais pas agi de la sorte, je ne serais pas parvenu à me détacher de mes blogs. Je n'aurais pas pu prendre le recul devenu nécessaire par rapport à cette drôle d'activité que représente le blogging.

Je vous rappelle que je bloggue depuis 4 ans, soit une durée assez significative dans une vie. De nos jours, bien des mariages ne durent pas si longtemps. Car, comme pour cette vénérable institution, le blogging demande un véritable engagement. Un tas de contrats tacites se passent entre auteurs et lecteurs/commentateurs sans que nous en soyons toujours très conscients.

Par ailleurs, quand on l'observe sous l'angle identitaire, on se rend compte que le blog est un outil de torture terrible. Tous les bloggers le savent, même si certains cherchent à le nier : blogguer sérieusement, sur une durée relativement longue, oblige à s'interroger constamment sur son identité. C'est le miroir le plus implacable que le XXème siècle finissant ait pu inventer.

Depuis 2 mois, donc, je vis mal rasé, mal coiffé. Alors, je pense qu'il est temps de brandir un nouveau miroir. Et puis surtout, beaucoup d'entre vous commençaient à me manquer, puisque je ne me déplaçais plus en ligne pour échanger avec vous un regard dans vos propres miroirs et quelques paroles critiques mais réconfortantes.

Le blog comme outil de déstabilisation du moi, et, même parfois, comme tripalium du moi. Qu'est-ce que vous pensez de ça ?

Labels: , , , , ,

10 Comments:

Anonymous Tizel said...

Triste anniversaire... Toi aussi tu nous manques Sheiro. Tes points de vus originaux et parfois un peu enflammés sont toujours un poil à gratter somme toute assez intéressant.

Peut être devrais tu te consacrer à un seul blog, et ne pas trop te disperser, de manière à ce que le blogging ne te prenne plus autant de temps.

Tizel

Mon Feb 25, 10:23:00 AM 2008  
Blogger Scheiro said...

Merci pour ce soutient, Tizel. Tu as parfaitement raison, il faut impérativement que S.S. reste unique, que je ne cède pas à la tentation de le multiplier. Ce n'est qu'à cette condition que le blogging ne redeviendra pas, pour moi, un sport de combat.

Mon Feb 25, 11:23:00 AM 2008  
Blogger flybird said...

Tu connais mon point de vue sur la question SCheiro, tu es un interlocuteur hors du commun, nos joutes verbales, nos prises de positions ou nos divergences me permette toujours d' avancer dans ma réflexion, c 'est très enrichissant, tu es à la foi un eccho redoutable et un allié précieux,je rejoins Tizel, dans son post, tu es indispensable à cette bloggosphère, sans toi c'est fade, il n' y a pas de mouvement, pas de contradiction, pas de cahos, juSte un un plat immense, terne, sans valeur, tu as eu raison de prendre du recul, cela fait du bien de faire un break, de se rapeller les choses essentiels pour mieux revenir d' une façon plus sereine, soit le bienvenu dans tout les cas.

Mon Feb 25, 12:32:00 PM 2008  
Blogger Scheiro said...

Merci, Flybird, je sais qu'avec toi je peux me montrer d'une mauvaise foi et d'une partialité hors du commun sans que tu ne m'en tiennes rigueur. C'est très appréciable parce que grâce à toi, lorsque à la surface de mon blog je distingue mon reflet, j'ai l'impression qu'une auréole flotte à qqs centimètres au-dessus de mon crâne ;-).
En tout cas, je peux te retourner le compliment, parce que tu n'es jamais à court d'arguments et que tu sais parfaitement les défendre. Je suis d'accord avec toi quand tu dis que je suis indispensable, parce que je suis persuadé que la bloggosphere ne peut tourner sans moi, car seuls les bons peuvent s'en retirer, leur mission civilisatrice accomplie, alors que les mauvais doivent rester. C'est pour ça que je suis de retour: la société réelle ne veut pas d'un semi-barbare comme moi ;-))
Je n'ai pas encore pris le temps de commenter sous ton billet au sujet de "l'infidélité", thème passionnant et terrain très glissant, mais j'espère pouvoir le faire bientôt. Hasta luego, chère Flybird.

Mon Feb 25, 04:50:00 PM 2008  
Anonymous ada said...

Très bien vu Scheiro le rapport tortueux entre identité et blogging. C'est une forme d'acceptation de soi je crois que d'accepter son blog (ses, puisque tu es multiple toi !). Je crois que j'avais déjà mis en lien un billet de Dominique sur le blogue et le mysticisme (ou la recherche d'un idéal de soi).
Quoi qu'il en soit, je suis ravie que tu sois revenu.

Mon Feb 25, 06:33:00 PM 2008  
Blogger Scheiro said...

Merci Ada ! Je n'oublierai pas que tu as qualifié ton blog de "divan" car je trouve cette métaphore très pertinente. Ceci rejoint l'idée du miroir. Je n'ai pas de souvenir précis sur le rapprochement que Dominique fait avec le mysticisme. Est-ce que tu peux refaire le lien vers son billet, stp, Ada ? Ce pt de vue me semble intéressant.
Voilà, en partie, grâce ou à cause de toi, me voici de nouveau avec la corde du blog autour du coup :-))

Mon Feb 25, 11:17:00 PM 2008  
Anonymous Anonymous said...

Il faut croire que je suis à la fin de mon analyse... ou que je suis tête en l'air ! Peux-tu effacer le com précédent après lecture s'il te plait ?

Tue Feb 26, 09:51:00 AM 2008  
Anonymous ada said...

merci !
(autant de merci que de feuilles sur ton arbre des 4 saisons !) que j'ai finalement accroché devant mon bureau.

Tu as eu le temps de le lire le billet du lien ?

Tue Feb 26, 10:35:00 PM 2008  
Blogger Scheiro said...

Effectivement, Ada, Dominique fait un très bon parallèle entre le mysticisme et le bloggisme. J'ai beaucoup aimé sa conclusion.

"Nous écrivons pour nous d'abord, puis pour quelques-uns, et enfin pour un plus grand groupe jusqu'au moment où l'on a envie de reprendre ses billes pour dire : je suis ailleurs, je fais autre chose, je suis un autre. Parce que l'on ne peut pas se construire complètement avec les autres qui sont arrivés par hasard, parce que l'on veut être aussi libre du système oppressant que l'on a construit soi-même, parce que les autres nous obligent à écrire des tas de choses que l'on ne pense pas juste pour montrer que l'on est d'accord avec eux alors que l'on voudrait être authentiques. Le propre du mystique, c'est qu'il n'est pas du tout un gourou et qu'il refuserait même tous les disciples en les accueillant avec des bâtons, mais il ne peut rien sur ce qui se fait autour de lui. L'expérience mystique comme l'expérience biographique ou l'expérience blioguistique doivent être des échecs. C'est la règle du genre."

De mon coté, je m'oblige à écrire des tas de choses que je ne pense pas pour montrer que je ne suis pas d'accord ;-)
Mais, je n'ai lui pas laissé de message parce que les commentaires sont modérés et que je déteste être livré à l'arbitraire de la censure. La seule pour qui je fais une exception c'est pour Astrale qui, elle aussi, censure son blog, mais c'est une amie.

Wed Feb 27, 11:00:00 AM 2008  
Blogger Albertine said...

Bonjour Scheiro,

Contente de voir tous ces nouveaux billets et ravie surtout de ton retour ici, même si je comprends (peut-être trop bien malgré ma bien moindre expérience de la bloggosphère que toi) les restrictions que tu énonces ici : pour peu qu'on le fasse un peu sérieusement (condition nécessaire pourtant pour que cela ait quelque intérêt) le "blogging" est en effet, comme le dirait notre cher et momentannément (j'espère !) disparu Ulysse, un véritable "chronophage"...
Cependant, je ne suis pas sûre de bien comprendre (toujours aussi ch.... comme tu vois ;-)), pour expliciter la métaphore, quelles seraient les trois pointes de ce tripalium auquel le blog s'identifierait ?

Fri Feb 29, 12:07:00 PM 2008  

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home