Saturday, February 14, 2009

Extension de la crise

Un sondage à paraître demain [il est dévoilé ici] dans Sud-Ouest indique que 63% de Français n’excluent pas une extension en métropole de la crise d'Outre-mer. Rien de très étonnant après ce que Aubry a déclaré dans un entretien au Parisien : "Je crains effectivement que le sentiment de ras le bol des Guadeloupéens et des Martiniquais se diffuse ici".

Le PCF, par la voix de Greg Oxley, dit en substance la même chose : "Le gouvernement et les capitalistes sont assis sur un volcan qui peut entrer en éruption à tout moment. Derrière la confiance de façade affichée par les ministres et autres porte-paroles du capitalisme, la panique s’installe. Face aux proportions quasi-insurrectionnelles que prend la lutte des travailleurs et des jeunes aux Antilles, ils craignent une "contagion" de la France métropolitaine. Ils sentent confusément le sol se dérober sous leurs pieds. Le déclenchement d’un mouvement généralisé de grèves illimitées mettrait le gouvernement et les capitalistes dans une situation très dangereuse. Elle pourrait même amorcer le développement d’une situation pré-révolutionnaire."

Greg Oxley nous confirme ce à quoi les handicapés du bulbe rêvent : "Pour soulever l’enthousiasme de la masse des travailleurs et de la jeunesse, pour les convaincre de la nécessité et de l’intérêt de s’engager dans une lutte qui s’annonce particulièrement ardue, il faut un programme et des méthodes de lutte qui frappent le système capitaliste à la tête. Il faut expliquer la nécessité d’exproprier les capitalistes, de s’emparer des usines et des grandes entreprises en général. Il faut expliquer la nécessité de nationaliser les banques, les organismes de crédit et les assurances. Il faut également nationaliser les entreprises qui contrôlent la grande distribution. Ces nationalisations ne doivent pas se faire à la manière des nationalisations du passé, mais en plaçant le contrôle et la gestion des entreprises entre les mains des travailleurs."

Et pendant ce temps là, d’après l’étude de l’Observatoire national des stations de montagne Ski France, les taux d’occupation prévisionnels pour les vacances de février vont de 60 % à 75 % selon les massifs. Les réservations de dernière minute, de plus en plus nombreuses, vont néanmoins faire grimper ces chiffres. Déjà lors des fêtes de fin d’année, les taux d’occupation étaient situés entre 65 % et 85 % pour la semaine de Noël, et entre 95 % et 100 % pour la semaine du nouvel an. Les professionnels de la neige sont donc optimistes quant à leurs résultats pour cet hiver.

Au fait, l'Ifop rappelle les résultats d'une enquête réalisée en décembre sur une possible contagion en France du mouvement d'émeutes en Grèce, après la mort d'un jeune tué par la police. A l'époque, 72% des sondés disaient penser qu'un mouvement similaire pourrait s'étendre en France (25% certainement, 47% probablement), pour 27% qui ne croyaient pas à une telle extension (21% probablement pas, 6% certainement pas) et 1% ne se prononçait pas.

Vive la crise !

Labels: , , , ,

2 Comments:

Blogger JPO said...

joliment écrit. Ceci-dit en schyzofrance, il n'y aurait rien d'etonnant à ce que l'on fasse la révolution entre la soirée raclette et la soirée fondue :-)

Mon Feb 16, 01:27:00 AM 2009  
Blogger Scheiro said...

Merci, JPO! Effectivement on a de quoi être fier de nos révolutionnaires. C'est comme l'équipe footbalistique de France: ils ont gagné la coupe du monde en 1789 et nous sommes maintenant certains que l'événement ne se reproduira plus jamais. La bourgeoisie peut dormir tranquille.

Tue Feb 17, 02:03:00 AM 2009  

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.

Subscribe to Post Comments [Atom]

<< Home