Sunday, March 29, 2009

Invincibilité

La seule manière de supporter revers après revers est d'aimer l'idée de revers. Si on y parvient, plus de surprises : on est supérieur à tout ce qui arrive, on est une victime invincible.
Emil Cioran

Labels: ,

Friday, March 27, 2009

Nonversation

Une conversation totalement inutile, au cours de laquelle rien n'est éclairé, expliqué ou précisé. Se produit généralement lors de fêtes, dans des bars ou lors d'autres événements de ce genre, alors qu'il est presque impossible d'avoir une conversation.
Patrick: Quel gaspillage de temps que d'être obligé de parler de bloggin'.
Martine: Je sais, à chaque fois que je fais, c'est comme une nonversation.

Labels: , , ,

Tuesday, March 24, 2009

Jardin lexical fleuri

Abasourdi, aberrant, abêti, abruti, absurde, ahuri, anchois, andouille, âne, anéanti, animal, arriéré, badaud, ballot, balourd, béat, bécasse, bêlant, benêt, bestiasse, bedole, bête, biscornu, borné, bouché, brèle, brut, brute, buse, butor, con, conard, corniaud, cornichon, couenne, couillon, crétin, croûte, cruche, cul, dadais, dandin, déraisonnable, débile, dégénéré, demeuré, ébahi, emmanché, enflé, engourdi, épais, étonné, extravagant, faible, faible d'esprit, fleur de nave, fou, fourneau, ganache, gourde, hébété, huître, idiot, ignorant, illogique, imbécile, immobile, impuissant, impardonnable, incapable, incohérent, inepte, inintelligent, insensé, interdit, lourd, lourdaud, lourdingue, manche, melon, minus, moule, niais, nigaud, noix, nul, obtus, panouille, pesant, plat, poire, ramolli, saucisse, saugrenu, simple, sinoque, sot, souche, stupéfait, stupide, surpris, tarte, tourte, vaseux.

Ne pas hésiter à compléter la liste.

Labels:

Montpellier III bloquée

Montpellier III toujours bloquée
AFP
23/03/2009 | Mise à jour : 19:12 |
L'université Montpellier III (Lettres et Sciences humaines) était toujours bloquée aujourd'hui, une situation qui devrait perdurer jusqu'à jeudi, date d'une nouvelle assemblée générale des étudiants.
Une consultation électronique des étudiants a été organisée par la présidence de l'université en fin de semaine dernière.
Une majorité (2.105) des 3.475 votants s'est prononcée contre le blocage, soit 60,5%. 1.081 personnes ont voté pour la poursuite du blocage (31,1%).
Mais ce scrutin n'avait qu'une valeur "indicative" selon la présidence.

Labels: ,

Sunday, March 22, 2009

97 % de lustukrus

Souhaitez-vous que le pape Benoit XVI démissionne ou parte en retraite?

Soit 97 % de lustukrus qui ne savent même pas comment fonctionne une institution telle que l'église catholique romaine. Un pape ne peut ni démissionner ni prendre sa retraite.

On ne relève que trois exemples de papes démissionnaires dans l'histoire de l'église catholique. Le plus célèbre est Benoît IX, élu en 1033, démissionnaire en 1045. Réélu par le conclave de 1047, il démissionna à nouveau en 1048.
Deux siècles et demi plus tard, en 1296, Célestin V choisit lui aussi de se démettre. Enfin, en 1415, Grégoire XII annonce son retrait «pour le bien de l'Église» dans une lettre aux évêques réunis en concile à Constance.

Et vous pensez que pour faire plaisir à 43% des Français Benoît XVI va mettre la clef de l'Eglise sous la porte ? Pourtant un Belge et cinq Français ont déjà signé une pétition réclamant le départ du pontifex maximus.

Labels: , , ,

Saturday, March 21, 2009

Liens

Tous ceux qui sont passés dans le coin ces derniers jours auront ont pu constater, à la lecture de Cloudy Days, que je ne ménageais pas les bloggers, et, de façon plus générale, les Français. Évidemment, dénoncer les travers des bloggers est une activité qui ne peut pas connaître la crise. Dans l'ensemble, les gens qui produisent des posts sont tellement bêtes et tellement satisfaits d'eux-mêmes que leur mettre le nez dans leur propre merde est un véritable jeu d'enfant. C'est tellement facile que ça ne demande pas qu'on s'y intéresse très longtemps. Je ne vais donc pas y consacrer ma vie. C'est sans importance.

Pourtant, je sais que la plupart des lecteurs prend le bloggin' au sérieux et que la majorité ne supporte pas qu'on dise des choses négatives à ce sujet. Je suis certain de me faire un bon nombre d'ennemis parmi ceux qui pratiquent ou qui accordent de l'importance aux blogs. Aussi, je supprime, dans ma blogroll, tous les liens qui rattachent Cloudy Days à d'autres blogs, afin que les auteurs de ces derniers ne soient pas associés, contre leur gré, à ma mauvaise réputation.

Si certains d'entre vous, pour n'importe quel motif, souhaitent retrouver une place dans la blogroll de C.D., ils n'ont qu'à me le faire savoir, et le lien sera rétabli.

Labels: , ,

Tête de chasseur

Tous n'est pas perdu, dans ce pays. De temps en temps on peut lire de bonnes nouvelles dans la presse, comme celle qui suit : un journaliste de l'AFP rapporte que, lors de la dispersion de la manifestation des chasseurs à Valenciennes, un manifestant de 50 ans gisait au sol, la tête en sang, mais conscient. D'après des témoins, l'homme aurait été frappé à la tête lors d'une charge des forces de l'ordre, après que ces dernières eurent essuyé des jets de projectiles. Un autre chasseur a également été légèrement blessé, semble-t-il à la tête.

Comme disent les Anglais : "That makes my day."

Labels:

Conditionnés

Depuis l'accrochage avec Criticus, certains répondent du bout des lèvres et d'autres, les plus cons, ignorent carrément mes commentaires.

La franco-bloggosphère est un univers peuplé, en majorité, de fils de putes pour qui seuls les rapports de pouvoir comptent. Aussi, ils hiérarchisent leurs relations en fonction de la seule pratique reconnue et valorisée dans cette société de merde : le léchage intensif de culs, sport national n°1, car, en temps de paix, la délation passe au second rang.

Je suis toujours poli a priori, aussi bien sur la bloggosphere que dans la vie au quotidien. Et c'est justement parce que je suis toujours poli, considérant que c'est très facile de l'être, que je n'admets pas que les autres ne le soient pas. Alors, quand ils ne le sont pas, je le leur fais remarquer.

C'est à mettre sur le même plan que mon intolérance à la xénophobie. Cette crainte conduit au rejet de l'autre parce que c'est plus facile de le repousser que de se poser quelques questions afin de trouver des réponses pour un minimum d'intercompréhension. Je trouve que le rejet de l'autre sur des préjugés trop ethnocentrés est injuste. De plus, je ne tolère pas l'idée qu'un bas de plafond puisse tenter d'enculer l'autre contre son gré simplement parce qu'il croit que les circonstances, le contexte, la situation lui donnent la possibilité de le faire sachant qu'un étranger est rarement en position de force. D'ailleurs quand l'étranger est en position dominante, on le sait, le Français préfère alors la collaboration.

C'est sur des rapports de force permanents que se jouent les interrelations entre bloggers qui reproduisent les comportements sociaux ordinaires, alors qu'ils pourraient changer ces manières de faire, ne serait-ce que parce qu'ils interagissent en différé et à distance grâce à la médiation d'un PC. Cette médiation leur offre l'opportunité d'adopter une attitude moins conditionnée par les contraintes de la vie en groupe et de la vie professionnelle où l'on choisit rarement toutes ses fréquentations.

Alors, pourquoi ne pas essayer d'avoir des relations construites sur la base d'échanges plus libres et moins intéressés ?

Labels: , , , , ,

Friday, March 20, 2009

Racines

liberty liberta ensouché racines

Labels: , ,

Thursday, March 19, 2009

Vague brune en Italie

Un journaliste de La Repubblica, Paolo Berizzi, dresse un tableau impressionnant du néofascisme. Il a enquêté au sein des partis politiques, dans les stades, les centres sociaux et les écoles. Il en ressort des chiffres préoccupants.
Selon lui, il y a dans l’Italie d’aujourd’hui «au moins 150 000 jeunes Italiens de moins de 30 ans qui vivent dans le culte du fascisme et du néofascisme, dont certains cultivant le mythe d’Hitler». Depuis quelque temps, la nostalgie du Duce séduit d’ailleurs de plus en plus les jeunes. Jamais les visites sur la tombe de Benito Mussolini n’ont été aussi nombreuses. La vague noire touche tout le pays: du Trentin à la Calabre en passant par la Lombardie et le Latium. La capitale, Rome, recense selon le journaliste, 50 000 néofascistes. [suite]

Labels: , , ,

Vague brune en Allemagne

Une étude menée par l’Institut de criminologie de Basse-Saxe auprès de 45 000 écoliers de 9e année, soit entre 14 et 16 ans, indique qu'un adolescent sur trois estime qu’il y a trop d’étrangers en Allemagne et un sur cinq qu’il faudrait en renvoyer chez eux à cause de la suppression des postes de travail. «L’étude est alarmante, car elle montre un lien entre le niveau d’éducation des jeunes et leur penchant pour les groupes extrémistes de droite, et reflète ainsi l’importance de l’antisémitisme», s’est alarmée Charlotte Knobloch, présidente du Conseil central des juifs d’Allemagne.

A peine 2% des gymnasiens avouent en effet des opinions extrémistes, contre 10% des écoliers du primaire ou 5% des Realschule, les collèges techniques. Grandes différences aussi entre filles et garçons, celles-ci étant en général la moitié moins extrémistes que les garçons. Diversité enfin selon les régions: moins il y a de contacts avec les étrangers, plus il y a de racisme et de xénophobie. Les écoliers de l’Allemagne orientale, mais aussi du sud (en Bavière), présentent la plus forte tendance à adhérer aux idées d’extrême droite, alors que celles-ci sont nettement moins présentes dans le nord ou dans les villes ayant un fort taux d’immigrés.

Mais si on en croit Criticus, une situation similaire est totalement impensable pour la France. Sauf qu'il n'a pas pu expliquer pourquoi la France échapperait à ce phénomène inquiétant, celui d'un retour en force de la xénophobie en Europe.

Labels: ,

Ostracisme

OSTRACISME, subst. masc. :

- Antiq. Gr. Bannissement d'une durée de dix ans prononcé à la suite d'un jugement du peuple, dans certaines cités grecques et en particulier à Athènes, à l'encontre d'un citoyen devenu suspect par sa puissance, son ambition.

- P. ext. Décision de mettre ou de tenir à l'écart d'une société, d'une collectivité par des mesures discriminatoires. Synon. fam. mise en quarantaine.
Presque personne à l'université ne parlait à Drabkin, en dehors de ses coreligionnaires (...). Mais là était le plus surprenant. Drabkin ne souffrait aucunement de l'ostracisme dont il était l'objet.
Julien Green, Journal, 1936, pp.51-52

Labels: , , ,

Immortalité

"L'homme est capable de réparer toutes les défaillances de son organisme et d'en augmenter les performances; d'ici cinquante ans, il sera devenu immortel", écrit Ray Kurzweil.

Genevieve Grimm-Gobat, qui a lu les prédictions de ce chercheur qualifié d'"infatiguable génie" par le Wall Street Journal, rapporte qu'il estime que génétique, nanotechnologie et robotique (GNR) constitueront autant de révolutions qui se chevaucheront pour créer l'homme qui nous succédera et qu'actuellement, nous connaissons les débuts de la révolution «G».

Les révolutions achevées, il sera possible de communiquer entre humains via l'interconnexion des cerveaux, d'implanter des robots de taille moléculaire capables de nettoyer les artères ou de lutter contre le processus du vieillissement, de placer des capteurs susceptibles d'informer les individus qui les portent de leur condition physique ou de la qualité de leur environnement et de jouir d'interfaces cerveau-machine permettant de contrôler par la pensée usines, automobiles ou domiciles.

Ah ! Vivement demain ! Vivre en symbiose permanente et éternelle avec tous les bloggers de mon entourage... quel rêve merveilleux !

Labels: ,

Wednesday, March 18, 2009

Concon du clavier

Quand on est un blogger manquant cruellement de culture générale, mais parce qu'on ne fait pas trop de fautes d'orthographe, on peut gribouiller du Sarkozy à toutes les sauces. Si, de plus, on manque aussi d'imagination, la vie du président de la République n'est pas difficile à suivre : elle s'étale à la une de tous les journaux, et apporte son lot quotidien de ragots. Contrairement au ramollo qui le précédait, le prez est actif : tous les jours l'AFP a quelque chose de plus ou moins important à raconter. Aussi, le blogger anti-Sarko, celui qui avait misé sa chemise sur la pintade Royal, n'a plus qu'à baver sur son clavier. Il n'a qu'à laisser s'épancher sa bile, il doit communiquer son inconsolabilitude, y mettre toutes ses aigreurs. C'est ce qui le fera passer pour une héros, lui le pauvre type qui, à plus de 50 ans, n'a toujours pas les moyens de se payer une Rolex. Il suffira ensuite de s'associer à un informaticien raté, un cancre comme Jegun, pour apprendre à faire des liens HTML et à eux les sommets du Wikio !

Labels: , , , ,

Lieux communs

Raisonnement à la Criticus, à partir d'idées reçues, mais en réalité jamais vérifiées.
Quant aux « Noirs » (les Antillais et les Africains sont mis ensemble ?), ils appartiennent pour la plupart aux classes populaires, où le sport est un moyen privilégié d'ascension sociale.
Lorsqu'on part à la recherche de données, on se rend tout de suite compte que ce sont, non pas les ouvriers et leurs enfants, qui pratiquent le plus souvent des activités sportives, mais bien les cadres et leurs enfants.

Il apparait que les assertions de Criticus, comme ici sur le sport, ne sont pas plus fondées que les autres, quand il prétend que la France est le pays de l'Union qui compte le plus d'immigrés sur sont sol. Non, question immigration, la France se situe dans la moyenne des pays de l'U.E..

Au passage, et toujours contre les idées reçues, les Antilles et l'Afrique sont loin d'être des régions peuplées uniquement de personnes à la peau foncée. La somme des personnes à la peau claire ne constitue certes pas une majorité, mais ne peut passer pour quantité négligeable.

Voilà en quoi les discussions avec les bloggers sont pénibles. Chacun y va de ses stéréotypes sans jamais se donner la peine de vérifier ses allégations. C'est vraiment des discussions de café du commerce où chacun donne son avis en fonction de ses propres représentations, de ses idéaux, de ses croyances, mais beaucoup trop rarement avec une volonté d'objectivité.

Labels: , , ,

Tuesday, March 17, 2009

Ethos communicatif

En fin d'après midi, j'ai fini par envoyer chier Criticus, un blogger que j'aimais bien malgré tous ses défauts et malgré certaines choses plutôt inacceptables que je n'aurais pas du tolérer.

Au cours de la discussion précédente, Criticus, n'a pas cessé de nier l'évidence, c'est à dire la triste banalité du discours xénophobe qui se propage d'un bout à l'autre de la société française, sans que personne ne s'en préoccupe vraiment. Cette xénophobie ordinaire n'est pas spécifique à la France, mais elle me semble plus soutenue, plus présente et surtout plus sournoise que dans les pays limitrophes.

Ce qui m'a mis en colère, c'est la facilité avec laquelle il a ignoré le commentaire de BBL, parce qu'elle avait pris le temps de lui indiquer précisément les failles de son raisonnement et qu'il était impossible de réfuter les arguments qu'elle venait d'avancer.

Criticus ne supporte pas qu'on remette en cause ses croyances. Je ne supporte pas qu'on fasse semblant d'ignorer l'autre, comme c'est bien trop souvent le cas : un faux vrai con s'est encore amusé à ce jeu là, avec moi, en fin de semaine dernière. Cette attitude méprisante est particulièrement fréquente sur la bloggosphere. C'est la posture insultante la plus facile à tenir puisque ça ne demande aucun effort. De plus, ça permet à ces connards de bloggers de se faire croire qu'ils n'ont insulté personne, sous prétexte qu'ils n'ont pas écrit le moindre mot. Oui, mais c'est trop simple, beaucoup trop facile même. Aussi, ça ne mérite en retour que de véritables insultes.

Je sais qu'entre les ensouchés et moi il y a un véritable fossé; je ne suis pas toujours très tolérant face à certains de leurs comportements, mais il y a des manières de se conduire, comme celle-ci, que ne je suis pas prêt d'admettre.

Voilà, cette petite mise au point me semblait nécessaire, nécessaire pour moi, principalement. Je peux dorénavant me concentrer sur la suite à donner à ce blog.

Labels: , , , ,

Semblable à un ours

Où est l'homme qui, semblable à un ours dans la société, ne voudrait s'occuper continuellement qu'à satisfaire ses désirs sans égards pour les bienséances ni pour le repos d'autrui : serait-on heureux avec de pareils sentiments ?
Jean-Jacques Rousseau dans son Mémoire à M. de Mably.
Franchement, seriez-vous heureux en société avec les sentiments d'un ours ?

Labels: , , , ,

Sunday, March 15, 2009

Préjugés ethno-raciaux

A l'occasion des premières assises nationales de la lutte contre les préjugés, SOS-Racisme et l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), ont commandé un sondage. Il s'avèrent que les Français sont ridicules et hypocrites.

Car si 96% d'entre eux considèrent qu'il est grave de tenir des propos reflétant des préjugés ethno-raciaux, il ne devrait donc y avoir que 4% de bas de plafonds qui adhèrent aux stéréotypes ethno-raciaux.

Pourtant ils sont 71% à se dire d'accord avec au moins un des préjugés qui leur sont soumis. Ainsi 48% trouvent que les étrangers savent mieux profiter du système de protection sociale, 38% que les Juifs ont plus d'influence que les autres dans la finance et les médias, 24% que les noirs sont plus forts physiquement et 12% que les arabes sont plus voleurs.

Bravo, chers compatriotes, je vous reconnais bien dans ces statistiques !

Labels: , , , , ,

Saturday, March 14, 2009

Sous le joug

On peut regretter que les rédacteurs de blog s'auto-censurent, alors que, comme RoseNoire le fait remarquer, "dans la mesure où on respecte les lois en vigueur dans le pays où est basé l'hébergeur, un blog reste quand même un espace de liberté assez souple. Ce sont les convenances sociales recréées en passant du réel au virtuel qui le verrouillent."

Si les gens blogguent pour se faire des "amis" et atteindre des sommets de popularité sur le Wikio, c'est sûrement très bien, mais ils passent à côté de la principale fonction du blog : pouvoir se soulager en partie du poids des conventions sociales et gagner, en conséquence, une plus grande liberté d'expression. Ce qui permet de dire, quitte à passer pour un "mal luné", certaines choses, des trucs que la majorité des gens savent, mais dont ils n'osent pas discuter, de crainte d'avoir à assumer leurs propos.

Je ne parle pas de ces bloggers qui s'en prennent, à longueur de posts, à Sarkozi, à Dati, à Parisot ou au Pape. Ces gens sont atteint du syndrôme du "résistant". Ces bas de plafonds, souvent à l'âge de la retraite, se placent dans des postures toutes aussi grotesques que pitoyables. Tels les membres du LeftBlog, ils braillent abrités par la masse du réseau. Pourtant, comme en 40, ils résistent autant qu'une merde de chien sous le poids des rangers - bien sûr, on évitera de mettre les pieds dans la merde pour des raisons évidentes.

Bref, le relatif anonymat dont peut bénéficier un blogger devrait lui permettre de ne pas s'auto-censurer, mais de s'exprimer réellement, véritablement. Dans le cas contraire, les blogs ne sont que de pâles copies des pseudo-débats organisés sur les plateaux TV, qui s'inscrivent parfaitement dans la catégorie infotainment, celle qui donne l'impression au citoyen de participer à la chose publique, tout comme un hooligan croit qu'il tape dans le ballon quand il assiste à un match de foot.

Evidement, personne n'est obligé de me croire, chacun peut se contenter de blogguer comme il l'a fait jusqu'à ce jour. De mon côté, je n'ignore pas les raisons qui poussent les timides à se masser comme des veaux pour beugler à l'unisson. C'est un phénomène naturel, c'est humain. Mais, qu'on ne vienne pas me parler du libre arbitre, sinon je serai obligé de poser les questions qu'il y a fort longtemps, Nietzsche posait déjà : "Tu t'appelles libre? Je veux que tu me dises ta pensée maitresse, et non pas que tu t'es échappé d'un joug. Est-tu quelqu'un qui avait le droit de s'échapper d'une joug? Il y en a qui perdent leurs dernières valeurs en quittant leur sujétion."

Labels: , , ,

Bande de cons

Ce qui suit sont des passages extraits d’un enregistrement fait lors d’un cours de Georges Frêche, professeur honoraire d'histoire de droit romain à l'Université Montpellier I, devant ses étudiants, en 2008. Georges Frêche est accessoirement président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, président de la communauté d'agglomération de Montpellier et conseiller municipal de Montpellier. Il fut député de l'Hérault et maire de Montpellier (1977-2004).
[...]Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.[...]

[...]Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engraner », « j’engrane » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent "il est comme nous", c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux.[...]

[...]Les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer, pourquoi voulez vous les changer ? Si vous arrivez à faire en sorte que les gens intelligents passent de 6 à 9 % voire à 11, vous ne pourrez pas aller au-delà. Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime.[...]
Vous n'aurez aucun mal à trouver, sur le Net, des documents qui démontrent le cynisme époustouflant de cet élu. Pourtant, comme tout cynique, Frêche s'appuie sur un fond de vérité et c'est bien sur cette parcelle de vérité que mon point de vue rejoint le sien : les électeurs sont cons, c'est une évidence. Ça n'est pourtant pas difficile à comprendre : s'ils n'étaient pas si cons, il n'y aurait tout simplement pas d'élus, personne ne pourrait s'arroger la moindre parcelle de pouvoir.

S'il a y certaines choses que j'ai mis du temps à comprendre dans ma vie, s'il a y encore plus de choses que je ne comprends pas et que je ne comprendrai certainement jamais, j'ai très tôt compris sur quoi reposait le fameux "suffrage" électoral. Vous comprendrez que, pas une seule fois dans ma vie, je n'ai voté, qu'il ne m'est jamais venu à l'idée de demander ma carte d'électeur. Autant me demander d'aller volontairement m'inscrire comme "con", sur la longue liste de cons et de me déplacer, ensuite, comme un con à chaque élection, pour glisser un bulletin dans une urne, certifiant par ce geste que je suis bien un con. Pour qu'enfin, un gros con cynique, tel que Frêche, puisse me cracher à la gueule en toute impunité.

Dire que Ségolène Royale, amie de Frêche, utilise pour parler des électeurs le concept d'"intelligence collective". Hahahaaaaa ! Bref, si les politiciens vous pissent à la raie du cul, c'est bien fait pour vos gueules, bande de cons, vous ne méritez pas mieux.

Labels: , , , ,

Thursday, March 12, 2009

Liberté d'expression

La Charte des droits fondamentaux de l'Union ne mentionne pas directement l'accès à Internet, mais son article 11 stipule que
toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques, et sans considération de frontières.
Pour plus de précisions sur Hadopi, suivre la comparaison des libertés françaises avec celles en vigueur dans l'Empire du Milieu.

Labels: , , , ,

La bloggotruc™

L'individu en possession d'un PC connecté sur le Web avait, tout au début du siècle, une chance inouïe qui s'offrait à lui : développer un environnement différent de celui dans lequel il vit au quotidien. Il pouvait façonner cet univers virtuel vierge avec, pour objectif, l'affranchissement d'une bonne partie des règles relationnelles contraignantes, routinières, celles qu'il est obligé de se coltiner au jour le jour.

Mais non ! Dans 98% des cas le clampin qui a eu la possibilité de créer un blog, a tout fait pour reproduire, à l'identique, la vie de merde qu'il se tape tout au long de l'année. Je ne sais pas s'il se rend compte qu'il vit réellement une vie de merde, mais c'est ainsi que je la conçois. En tout cas, le bourrin moyen semble très souvent insatisfait de l'existence qu'il mène. On n'a pas de mal à croire que sa vie est épouvantable, simplement parce qu'il ne peut même pas prendre le risque de dire ce qu'il pense.

Le citoyen français est coincé dans des rapports de forces permanents. Bien qu'il aspire à la démocratie, il est inscrit dans un système de hiérarchisation sociale insensé et inique. Il est forcé de se livrer, en permanence, à de sombres petits calculs pour conserver ou améliorer, au sein du groupe, sa position de dominé/dominant, une place charnière dont il ne peut se défaire.

Même s'il fait partie des premiers à s'être installé sur la toile, un blogger, qui est en relation avec ces congénères, subit plus ou moins la pression du nombre, cette masse qui, de façon implicite, dicte ses règles. Il n'a pas le choix : pour ne pas se trouver complètement marginalisé, il est plus ou moins forcé de jouer le jeu de la masse.

Il ne s'agit pas de déplorer cette occasion perdue. Faire de la Toile un monde "virtuel" différent du monde "réel" est absolument improbable. Contrairement à ceux qui ont cru voir une coupure entre la "vraie" vie et la vie "en ligne", il s'avère que cette frontière n'existe pas.

Pourtant, il est facile d'imaginer que, par sa nature électronique, informatique, immatérielle, souple, discursive, sans friction corporelle, la bloggotruc - comme dit RoseNoire -, aurait pu donner naissance à un espace social qui ne soit pas aussi fortement calqué sur la vie quotidienne. La bloggotruc aurait pu devenir autre chose que le reflet d'une vie banale, triviale, sans relief, cette vie de cave vécue par 98% de minables.

Je suis d'accord avec RoseNoire qui prédit : "Si un jour je ré-ouvre un blog, je me changerai peut être en sniper. Histoire d'y aller à l'assassinat ciblé et de générer le maximum d'entropie dans cet univers convenu." Oui... certains jours, on ne peut pas s'empêcher d'applaudir intérieurement un type comme Tim Kretschmer.

Labels: , , ,

Wednesday, March 11, 2009

Non à la routine !

spice up your blog
Nous sommes Mercredi et il est peut-être temps de faire un billet qui porte en lui tout le poids de la zizanie, plein des ingrédients qui donneront naissance à une grosse polémique, le truc pour lequel les bloggers s'arrachent les cheveux, rameutent leurs troupes, complotent en secret par mails, affichent leur solidarité en surface, appellent à signer des pétitions, désignent des boucs émissaires, convoquent la loi, réclament le concours de leurs avocats, menacent de faire des procès et finissent par s'insulter, pour ensuite couper des liens, bannir des clampins, etc.. Haaaaa, quel bonheur !

Bon, il me faut sortir, mais je vais y réfléchir. Il doit bien exister un truc qui devrait pouvoir secouer l'apathie générale, la petite routine du blogger moyen.

J'y penserai... et, si vous avez des idées, n'hésitez pas à nous en faire part. En disant ça, je m'adresse particulièrement aux lecteurs qui n'ont pas de blogs, ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont pas d'idées.

Labels: , , , ,

Tuesday, March 10, 2009

Polices

LOmiG a publié une série de polices de caractère, en indiquant qu'elles figurent parmi celles qu'il préfère. Je voulais moi aussi parler de mes polices préférées sur Cloudy Days, mais j'ai transféré le post sur Observations qui me semble plus adapté pour ce genre de sujets.

Labels: , ,

Sunday, March 8, 2009

Incandescences

raptusJ'ai perdu la trace de RoseNoire, celle "qui voyage entre les mondes, à travers l’intensité vibrante des chemins obscurs". Il ne reste plus que la cendre blanche... d'Incandescences. Les billets d'humeur et d'opinion sur l'actualité franco-belge, rédigés par cette "blogeuse cosmopolite, sur un ton décalé, humoristique et corrosif" n'existent plus.

Évidemment, je me sens maintenant un peu seul. Le seul spécimen de la catégorie LIBERTARIENS & ANARCHISTES créée par Criticus et visible dans la sidebar de son blog. Car Criticus ne s'était pas trompé en rangeant Cloudy Days aux côtés d'Incandescences, nos points de vue respectifs étaient souvent très proches. Je me sens, ce soir, un peu comme Johann Caspar Schmidt, plus connu sous le nom de Max Stirner.

Je précise quand même que je n'ai qu'une vague idée de ce que peuvent représenter ces deux mouvements, libertarien et anarchiste, et, surtout que je ne milite ni pour l'un ni pour l'autre, ni pour aucun parti d'ailleurs, étant donné que je n'ai fondé ma cause sur rien.

Je souhaite bon vent à RoseNoire, alias Internecivus Raptus, qui reviendra peut-être un jour, sous un nouveau nom, une nouvelle forme, à bord d'un nouveau véhicule.

Labels: , ,

Journée de l'Objet partiel

L'homme réduit la femme à ce que la psychanalyse appelle un "objet partiel", ce qui en toi suscite mon désir - une bouteille de bière, par exemple. C'est aujourd'hui la journée de l'Objet partiel.
Bonne fête aux bouteilles de bières !!!

Labels: ,

A quoi nous sert ce billet ?

Parce que LOmiG a cité Ludwig Wittgenstein, ce matin, sur son blog, j'ai été tenté de re-feuilleter le Tractacus logico-philosophicus où il est écrit, entre parenthèses, au paragraphe 6.211 : "En philosophie la question : "A quoi proprement nous sert ce mot, cette proposition ?" conduit toujours à des intuitions précieuses."

Pour paraphraser ce grand poète - Wittgenstein n'est pas seulement un logicien et un philosophe - je pose la question : "A quoi proprement nous sert ce billet, ce blog ?" En cherchant la réponse serai-je conduit à une intuition précieuse ?

Labels: , ,

Saturday, March 7, 2009

Ça craint vraiment !

Je vous laisse découvrir ce que les médias nationaux tentent de vous cacher, au sujet de la situation dans les DOM. Ne vous voilez pas la face, jetez un coup d'oeil sur Le Quotidien d'actualité des DOM, Antilles-Guyane & Caraïbes. C'est un forum où s'organisent des débats sur l'actualité en Martinique, Guadeloupe, Guyane, dans les îles du Nord et la Caraïbe.

En ce qui concerne la Martinique, par exemple, on peut y lire les choses suivantes [avec le décalage horaire le 'aujourd'hui' correspond encore au Vendredi 6] :
Aujourd'hui, 16:27 par François Thurenne
Les émeutiers ne cessent d'attaquer les forces de l'ordre. Les tirs lacrymogènes pleuvent en ce moment à Fort-de-France.

Aujourd'hui, 15:00 par François Thurenne
Affrontement musclé entre jeunes cagoulés et force de l'ordre sur la rocade de Fort-de-France dans le sens Schœlcher Lamentin

Aujourd'hui, 12:28 par DOMactu
La manifestation pacifique organisée par un collectif de socioprofessionnels, auxquels se sont associés le monde agricole et le BTP, est bloquée et menacée en ce moment par un groupe des membres de Collectif de 5 février.

Jeudi 5 mars 2009 00:00 | Par François Thurenne
Le président de l'association «Tous créoles» Roger de Jaham, entend porter plainte pour appel à la violence et incitation à la haine raciale contre l' «Association Koké ich bétché». «Koké ich bétché» [baisons les enfants békés - traduit par moi] serait pour Roger de Jaham «un appel au viol des filles békés»
"Dans la crise de confiance qui s'installe, les pouvoirs publics ne peuvent s'autoriser davantage ce genre d'accommodements avec un mouvement non élu, qui veut "instaurer un ordre nouveau" en Guadeloupe. Les périodes d'instabilité portent en elles de semblables tentations radicales ou totalitaires, qui excitent l'extrême gauche et ses alliés. Pourquoi les cités ne réclameraient-elles pas ce qui vient d'être accordé aux "banlieues" antillaises ? Plus que jamais, la France va avoir besoin d'hommes d'État." C'est Yvan Rioufol qui le dit et on ne peut qu'être d'accord avec lui.

Labels: , , , , ,

Wednesday, March 4, 2009

Ça craint

Je viens de lire sur Wikipedia que Jean-François Kahn a débuté sa carrière de journaliste avec comme bagage universitaire une licence en Histoire. C'est vers la fin de la guerre d'Algérie, où il aura l'occasion d'y faire des reportages, qu'il a commencé a travailler. Il me semble, qu'après 50 années passées au contact de l'écrit, un journaliste doit être en mesure d'énoncer des phrases qui soient cohérentes... a minima.

Je relève, sur Le Monde d'aujourd'hui, que Jean-François Kahn a rappelé la montée des extrémismes en Europe après la crise de 1929, en déclarant : "Si on ne remplace pas d'urgence l'injustice économique par l'humanisme, cela sera un retour au sol, au sang, à la race, aux tribus et aux intégrismes religieux. Y compris en Scandinavie où je m'attends à une poussée de l'extrême droite." Suite à cette lecture, je suis inquiet pour la santé mentale de ce retraité qui se présentera aux élections européennes.

Mais je suis encore plus inquiet de savoir que de telles âneries sont rapportées par d'autres journalistes, qui, comme Geoffroy Deffrennes, ne se demandent même pas de quoi peut bien parler Khan. On dirait une phrase extraite d'un des blogs de cet abruti de Nicolas Jegun. Un homme ou une femme à jeun, en possession de facultés intellectuelles intactes ne peut rien entendre à ça, mais personne n'a l'air de s'en inquiéter. Certains iront même jusqu'à voter pour lui.

Ça craint, n'est-ce pas ?

Labels: , , , ,